TARIF FIXE DE LIVRAISON - QUÉBEC ET ONTARIO: 10 $ - CANADA: 20 $ - ÉTATS-UNIS: 30 $

  

>> FAQ

Recherche

Recherche

    Nous voulons que vous soyez satisfait ! Si cela n’était pas le cas, nous pouvons rembourser ou échanger votre achat dans un délai de  30 jours suivant la date d'achat. 

    Voir plus de FAQ

    Ameoli : AMÉLIE ROY CRÉE ET FABRIQUE DES PRODUITS CORPORELS NATURELS, BIOLOGIQUES et faits main. 

    Je vous laisse la découvrir ici!

    Christian Michaud - Parallèle soixante

    >> Acheter les produits de Parallèle soixante

    Le comédien amoureux du bois

    Comédien depuis le début des années 2000, il y a quelques années Christian Michaud décide de suivre une formation en ébénisterie à l’école Artebois de Québec ainsi que des cours de sculpture sur bois auprès de sculpteurs québécois. Pour lui, c’est une nouvelle passion qui commence. 

    Christian Michaud - Parallèle soixante - Chic & BastaCrédit photo: Nicolas Frank Vachon

    Déjà amoureux de la cuisine, il allait de soi que Christian décide de concevoir des articles pour la cuisine et la table, dont de magnifiques cuillères sculptées à la main. Amateur des grands espaces nordiques, il a choisi pour son entreprise le nom de Parallèle soixante pour faire référence à cette ligne géographique située au 60e parallèle nord.

    Dans son atelier situé dans la région de Chaudière-Appalaches, ce talentueux artisan fabrique de magnifiques objets utilitaires en bois massif, réalisés en petite série: cuillères, planches de service et à découper, mains de sel, etc.

    La première fois que j’ai discutée avec Christian, j’ai tout de suite senti la grande passion qu’il a pour le travail du bois et j’ai eu envie de vous le faire connaître.

    Qu’est-ce qui t’a amené à travailler le bois ?

    Avec mon métier de comédien, que je fais depuis maintenant 14 ans, je passe la plupart de mon temps à analyser les gens, à me mettre dans différentes situations dramatiques, à utiliser mes émotions, mes sensations, pour pouvoir bien faire mon travail. C’est un métier extraordinaire, mais ça reste très éphémère et non concret. Pour trouver un équilibre dans tout ça, il me fallait un passe-temps qui soit, justement, concret et non-éphémère. Comme je suis aussi un passionné de la nature et du plein air, le bois m’est vite apparu comme la matière à découvrir et à exploiter. J’ai donc pris une formation dans une école d'ébénisterie pour voir si j’allais aimer ce matériau et, OHHHHHH quelle grande découverte, j’en suis complètement tombé amoureux.

    Comment fais-tu pour concilier deux métiers en même temps ?

    En tant que travailleur autonome j’ai la chance d’être maître de mon horaire. Je peux assez bien prévoir à l’avance ce que sera mon année de théâtre de la prochaine saison et maintenant que je prends de l’expérience comme ébéniste, je commence aussi à connaître les grosses périodes de commandes et ainsi répondre à la demande. Et lorsque je joue au théâtre le soir, il n’y a rien de mieux que de me retrouver dans mon atelier le jour et de penser à autre chose. C’est thérapeutique!!!


    Crédit photo: Nicolas Frank Vachon

    Parle-nous de ton environnement de travail ?

    Quand j’ai terminé ma formation en ébénisterie, je me suis loué un petit local à Limoilou à Québec, près de chez moi à l’époque pour pouvoir ainsi m’équiper tranquillement et pratiquer à mon rythme. Ce local avait une dimension de 11 x 20 sans fenêtres. Je suis vite venu à l’étroit, car des outils, ça prend de la place, et de l’éclairage seulement au néon et sans fenêtres c’est un peu abrutissant. Ma petite fille, ma blonde et moi venons tout juste de déménager en campagne, plus précisément à St-Roch Des-Aulnaies, un magnifique petit village situé sur le bord du fleuve dans Chaudière-Appalaches. Au moment où j’écris ces lignes, je suis en plein déménagement d’atelier, donc pas encore tout à fait installé, mais ce futur lieu de travail sera tout à fait le contraire du premier. ESPACE et LUMINOSITÉ seront très présents.


    Crédit photo: Nicolas Frank Vachon

    Quelle est ton essence de bois de prédilection, et comment choisis-tu les matériaux avec lesquels tu travailles? 

    Comme je me spécialise, pour le moment en articles de cuisine, j’ai besoin d’utiliser des essences de bois assez dur, donc l’érable est très présent. J’adore le Noyer et le Cerisier. Je dirais que le Noyer-Noir est mon bois préféré. Il se travaille vraiment bien et il est d’une grande beauté. Lorsque je fais des cuillères, je les réalise complètement à la main avec des gouges, il n’y aucune machine électrique et donc, le noyer-noir et le noyer cendré se sculpte super bien.


    Crédit photo: Nicolas Frank Vachon

    Tes créations sont toujours tellement bien finies. Qu’appliques-tu sur le bois pour lui donner cette allure?

    Pour la finition de mes accessoires, comme je le mentionnais précédemment, je n’utilise aucune teinture, j’applique 3 à 4 couches d’huile minérale pour bloc de boucher et une cire d’abeille pour terminer le tout. Pour les cuillères, par exemple, je les polis avec différentes pâtes à polir,de grade alimentaire, bien sûr.


    Crédit photo: Nicolas Frank Vachon

    Qu’est-ce que tu lis, écoutes et regardes pour alimenter ton inspiration ?

    Je me rends très souvent dans les boutiques de revues pour acheter des revues de sculptures. J’essaie aussi d’être le plus attentif possible à ce qui m’entoure, la simplicité me touche profondément et donc, très souvent, mes pièces en sont inspirées, elles sont épurées. J’écoute aussi toujours de la musique en travaillant, ce qui me plonge dans un état assez zen. Il est très rare que je sorte de mon atelier et que je sois fatigué, au contraire je me sens calme, apaisé et détendu. 

    Parle-nous de ton processus de création, de production? Et quelle partie de ton travail préfères-tu?

    La plupart des pièces que je fabrique sont nées d’erreurs. Lorsque je recherche un nouvel objet a fabriquer, je me ramène constamment à ma petite signature (une ligne et un rond) qui, j’ose espérer, me distingue un peu de tous les autres artisans qui font ce genre d’accessoires de cuisine. Ainsi, avec cette petite signature, ça me donne des indices sur comment organiser mes morceaux de bois, où percer mes trous, pour arriver à un résultat qui me convient. Mais ce qui est formidable, c’est que même si je fais, par exemple, 50 planches à découper avec la ligne et le rond a la même place, chaque planche sera différente à cause des différences de chaque arbre. Donc, chaque pièce devient unique. J’aime toutes les étapes du processus de création et de fabrication, vraiment, je les aime toutes.


    Crédit photo: Chic & Basta

    Y a-t-il d’autres objets dont tu aimerais expérimenter la fabrication dans la prochaine année?

    Je suis justement en train de faire plein de tests sur de nouvelles choses. Comme j’ai énormément de retailles de bois de qualité, je me demandais comment je pourrais faire pour les utiliser de façon intelligente. Et de plus, j’avais envie d’intégrer un autre matériau. J’ai connu une personne dernièrement qui travaille l’aluminium et qui m’a beaucoup inspirée. Je suis donc en train de concevoir des objets en bois et en aluminium. Je n’ai aucune connaissance en joaillerie et surtout je n’aurai jamais la prétention de me dire créateur de bijoux vu mon manque de connaissances dans ce domaine, mais j’y vais le plus instinctivement possible et je m’amuse à essayer d’intégrer ma ligne et mon rond dans ces petits objets décoratifs pour le corps. On verra ce que ça donnera....

    >> Acheter les produits de Parallèle soixante

    Français
    Français